L’agriculture aux Marquises

0
283

Agriculture. La coopérative Te pa pohue o Ua Pou représente 50 % de la production agricole de l’île de Ua Pou aux Marquises. Mangues, citrons, pamplemousses, caramboles, on y trouve de tout. Chaque passage du bateau Aranui 5 est l’occasion pour les agriculteurs de vendre leur production au village et de l’envoyer à Tahiti.

Le Marquisien fait d’abord de l’agriculture pour manger, ensuite le reste pourra être vendue“. Elisabeth Ah-Scha pose là les fondements de l’agriculture aux Marquises. Présidente de la coopérative agricole Te pa pohue o Ua Pou, elle a su faire du travail de la terre une activité rentable, au-delà de l’autoconsommation.

Devant chaque maison des villages de l’île de Ua Pou, se trouve toujours un pied de ‘uru, un manguier et un citronnier, des cocos et des bananes. De quoi bien vivre tout au long de l’année. Pendant longtemps l’île de Ua Pou se satisfaisait de cela. Les familles faisaient du troc : un carton de poulet contre des citrons ou du riz contre des mangues. 

En 2010, la commercialisation a commencé avec une petite quantité. “Moi je ne vivais pas comme ça, avec le troc, car j’étais fonctionnaire d’Etat, je me suis dit qu’il fallait que je me prépare ma retraite“, se souvient Elisabeth. Son mari, Joseph Ah-Scha, élu Taoheraa à l’Assemblée, possédait un terrain de 80 hectares légué par sa famille. A l’époque, en 90, il était encore enseignant avec sa femme et à chaque vacances, le couple venait planter leur fa’apu. Puis la société américaine Morinda s’est mise à acheter du noni en grande quantité. Elisabeth voit là l’opportunité de faire fructifier son exploitation : ” je me suis dit : c’est de l’argent facile car le noni se cultive bien. Au bout d’un an tu récoltes, ça va vite, je me suis donc mis à planter du noni et le commercialiser, puis ensuite j’ai commercialisé des citronniers …“. La dame de 59 ans est à la retraite et se consacre exclusivement au développement de son fa’apu à hoho’i et de la coopérative mise en place en 2008. Aujourd’hui, la production de noni continue, la coopérative a envoyé près de 300 tonnes sur l’Aranui 5 lors de son dernier passage en décembre. Lire la suite sur Tahiti Infos.