Les chalands dans les mines de Nickel de Nouvelle-Caledonie

0
388

Nouvelle-Caledonie. Entre la terre rouge des mines et le bleu de lagon, les camions miniers entament leur rotation incessante tôt le matin. Appelés les « rouleurs », ils chargent le minerai sur la mine puis roulent à vive allure jusqu’au wharf (1)pour déverser, à l’aide de leurs bennes, 7 à 8000 tonnes par jour de minerais dans des chalands. Pour charger un seul chaland de 300 tonnes, 11 à 15 camions se relaient ! 

Lire l’article paru dans Mer&Marine

Au loin, le minéralier de la Nickel Mining Company (NMC) mouille en baie de Nakety, à l’Est de la Nouvelle-Calédonie. Le navire ne peut pas s’approcher plus près du wharf à cause de son tirant d’eau. Ce sont donc des chalands, poussés par des remorqueurs qui prennent le relais entre la terre rouge et le navire. La Société minière du Pacifique (SMSP) dispose de sa propre société de chalandage : la Cotransmine. Le chalandage est un mot typiquement calédonien pour signifier le transport par barges du minerai de nickel depuis le wharf au minéralier.

La Société Minière du Sud Pacifique SA (SMSP) est l’une des trois sociétés transformant le nickel en ferronickel en Nouvelle-Calédonie. Propriétaire à 51 % de deux usines métallurgiques, elle exploite le minerai dans une usine au nord de la Nouvelle-Calédonie via la filière KNS et possède 51% d’une seconde usine en Corée du Sud en partenariat avec Posco, sous l’identité CNNC. Propriétaire également à 51% de NMC (Nickel Mining Company) en Nouvelle-Calédonie, ce minerai de nickel est exploité et intégralement exportée afin d’alimenter l’usine CNNC en Corée par une rotation annuelle d’une trentaine de navires minéraliers. Enfin, La SMSP et la société chinoise Yangzhou Yichuan Nickel Industry se sont associés le 22 mars. Ils exploiteront une usine pyromettalurgique dans laquelle la SMSP détiendra une participation majoritaire (51%). Lire la suite