Yvonne, la gardienne du patrimoine des Marquises (Nuku Hiva)

0
390
Marquises. Yvonne Katupa, 77 ans et demi, habite dans la vallée d’Hatiheu sur l’île de Nuku Hiva aux Marquises. Très connue en Polynésie française, elle a restauré un site de pétroglyphes avec des archéologues et tente de préserver le patrimoine marquisien dans les îles Marquises. Pendant une heure, nous avons discuté de la vie dans sa vallée.

“Je parle marquisien plus que français, on n’avait pas d’école à notre époque.”

“Dans le temps les enfants grandissaient avec leurs parents dans leur culture, maintenant nos enfants sont toujours à l’école. Ils font toujours des choses de l’extérieur, j’ai pensé qu’il fallait mettre un archéologue au collège pour apprendre notre vraie culture.

“Ma famille est d’ici et mon grand père d’Hakahau à Ua Pou, j’ai épousé quelqu’un d’ici qui est rentré dans la commune, il s’appellait Severin Katupa. On a des enfants adoptés, qui travaillent avec moi. Tout le monde vient chez moi, beaucoup de journalistes viennent me voir, je ne sais pas pourquoi, je connais pas mal de gens.”

Mon père est mort quand j’avais deux ans, il a coulé, dans un cyclone, avec un bateau ancien qui faisait le fret

“Mes parents adoptifs m’ont beaucoup appris. Mon père est mort quand j’avais deux ans, il a coulé, dans un cyclone, avec un bateau ancien qui faisait le fret !  Mon grand-père et ma grand-mère m’ont élevée. Depuis toujours, on reçoit les gens chez moi (dans son restaurant et sa pension). Les fonctionnaires venaient habiter à la pension, on travaillait avec nos grands parents.”

” Je défends la culture marquisienne, il ne faut pas l’abîmer, il faut que ça reste tel quel, il ne faut pas casser, pas changer, rester comme à l’époque. “

“Je cuisine le cochon au four marquisien, le poulpe, le poisson cru, le poisson pané, le poulpe. Il faut une journée pour la préparation au four marquisien, il faut aller chercher le bois et tuer le porc élevé dans la montagne. La chèvre doit être bouillie longtemps sinon elle est dure. C’est un animal toujours en liberté, qui court toujours. Les pêcheurs vont plonger pour ramasser le poulpe, la mer est trouble en décembre , c’est difficile à pêcher.”

” Ça me fait mal de voir les objets marquisiens à l’extérieur des Marquises” 

“Je suis allée en Nouvelle-Zélande quand mon mari était à l’hôpital et au Chili pour l’arrivée du pape. Je suis très croyante. A Hawaï, il ya beaucoup d’objets marquisiens aussi, même en Nouvelle-Zélande, il y en a partout ! D’un coté heureusement car ils peuvent les conserver. C’est pour ça que j’ai demandé à la commune d’Hatiheu de mettre en place une salle d’exposition pour conserver les objets de notre patrimoine ici. Cela me fait mal aussi de voir les objets à l’extérieur mais d’un coté ils sont gardés en bon état. J’ai appris des choses sur ma culture en allant dans des musées. “

 A lire aussi sur Tahiti Infos : Yvonne, la gardienne du patrimoine marquisien